Ici Graulhet

les news, les photos, les z-amis

Archive for mai 2009

Le secret du perroquet (4)/The Secret of the Parrot (4)

with 4 comments

DSCN8717

MAMZELLE CYBÈLE CHRISTIE PRÉSENTE:

Le Quatrième Épisode : « LA MOUSSE OU… » par la célèbre et incomparable Mamzelle Cybèle Christie (c’est moi, l’auteur, la photo au-dessus du titre, voyez?):

LE SECRET DU PERROQUET

DSCN0004_2

(ça c’est la photo de couverture, sous mon nom)

Mesdames et Messieurs, Chers lecteurs,  les tous, les chacuns et ainsi de suite,

Ma seule, mon unique scribounette étant polymérisée à Graulhet, je suis horriblement débordée en ce moment. Non seulement dois-je consulter la carte des courants marins et faire une triangulation avec la lune, afin de savoir comment retourner la secourir aussi vite que possible (une polymérisation trop prolongée la mettant à risque d’une cyanose irréversible pour ne pas dire mortelle),

medieval_fragmentW600

MAIS le seul manuel Berlitz  disponible dans cette humble cahute ne m’indique pas comment interroger mes geoliers en portugais afin de leur poser la question suivante: « A quelle heure est le prochain paquebot vers le Dadou souvent régulier? »  

DSCN8674

Ma spécialité littéraire étant la concentration intense sur une seule tâche à la fois, vous comprendrez qu’il y a surcharge. D’autant plus qu’au moment de vous quitter la semaine dernière, j’ai dû abandonner mes deux personnages principaux, alors que, dans un silence soyeux et sinistre, entraînés par un anaconda de quinze mètres bien comptés, ils s’enfoncaient inexorablement sous  les eaux troubles, glauques et tourmentées de l’Orénoque. 

Il est évident que, hormis les considérations humanitaires d’usage, il ne me sert pas à grand chose de secourir la malheureuse scribounette des griffes de Roccoco et de ses frères si, entretemps, mes personnages principaux succombent à l’aspixiation par le mal des profondeurs ! Faut-il courir deux lièvres ou plus à la fois? Vaut-il mieux choisir la bourse ou la vie? Comme aurait dit Lénine: « Les faits sont têtus. » Mais, camarade, là n’est pas mon propos. Que faire lorqu’ils sont non seulement têtus mais parfaitement silencieux tous en même temps? Là est la question.  

Allez. Risquons la mort de la scribounette – pas si irremplaçable que ça, au fond – et volons au secours de nos deux héros, alors qu’ils s’enfoncent toujours plus inéxorablement, l’un s’agrippant à l’unicycle et l’autre, à l’élixir de l’Inspecteur Magret:

(c’est moi qui me dicte à moi-même):

(je commence ici:)

(Quelque part sous les eaux troubles et saumâtres de l’Orénoque):

Firebird_2_3_2

Zéphyrin: ph…grlrg…brlurg, bulle, gulpe.

Paresseux

Inspecteur Magret: Ferme ton clapet and sers-toi de ta tête, imbbbécile. À moi! Donnez-moi de l’oxygène!  

Zéphyrin: il …fffffaut enffffon…cer…unicycle … gueule du …mmmonstre…

Inspecteur Magret: Bas les pattes! C’est l’uni…cyle de mon papa, enfffoir…plutôt la mort…ahhhh… cerveau… brûlure… je…

Zéphyrin: La mousse alors. Vite! ….ou- ouph…les anneaux se resserr… la jatte de mouss… arghh…cerveau…poumons…système lymphhhatique….écrasés…

Inspecteur Magret: sans…mousse nous….mourrons…agh…

Zéphyrin: ahhh…vous en prie…déjà morts…

(Je continuerai la semaine prochaine. Oh, pardon):

SUITE LA SEMAINE PROCHAINE.

(Je viens d’entendre la clé tourner dans la porte de cette sombre cahute. Ah, hé-hé, Perdoa mi, Signor, habla usted itiano, per la forza del destino?)


***

20-Inch-chrome-unicycle

…l’unicycle?

***

DSCN8647

MAMZELLE CYBÈLE CHRISTIE PRESENTS:

THE FOURTH INSTALLMENT: « THE MOUSSE OR… » by the famous and inimitable Mamzelle Cybèle Christie (that’s me, I’m the author, see? Billing above the title):

65b6_2

(This is the cover art to the English translation; it appears under my name)

Ladies and Gentlemen, Dear Readers, the ones, the alls, and so on,  

My one and only scrivenette now finding herself polymerized in Graulhet, I’m horribly overextended at the moment. Not only must I look up my chart of marine currents and do a triangulation with the moon to figure out the fastest route to get back over there and save her (a prolonged polymerization placing her at risk of an irreversible cyanosis, aka death), but the only Berlitz manual available in this miserable hovel gives me no indication as to how to ask  my jailers the following question in Portuguese:  « At what time is the same freight carrier for the Dadou soon? »   

CarSnar4

My literarty specialty being intense one point focus on singletasking, you must understand I’m experiencing severe sensory overload.  Specially since I had to abandon my two main characters to their fate last week, just as, gripped by an anaconda of a least fifteen meters, they slid inexorably, in a silken and sinister silence, under the murky, troubled and tormented waters of the Orenocco. 

It should be obvious that, except for the standard humanitarian considerations, there’s not much point in my saving the unfortunate scrivenette from the grips of Roccoco and his brothers if, during that time, my main characters succumb to depth aspixiation.  Must I chase two  or more hares at once? Should I choose my wallet or my life?   As Lenin would have said: « Facts are stubborn. » But, comrade, that is not my concern. What to do when they are all stubborn and perfectly silent at the same time? That is the question.   

All right. Let’s risk the scrivenette’s demise – she’s not all that irreplaceable, after all –  and let us run to the rescue of our two heros, as they slide, ever more inexorably, the one gripping the unicycle, the other, Inspecteur Magret’s elixir.   

(I’m the one dictating to myself):

(I’m starting here:)

(Somewhere under the troubled and murky waters of the Orenocco):  

Firebird_2_3_2

Zéphyrin: ph…grlrg…brlurg, bubble, gulp.

Paresseux

Inspecteur Magret: Shut your mouth and use your head, mmmmoron. Help! Oxygen!

Zéphyrin: we must…fffffind a…ram…unicycle in… maw …beast…

Inspecteur Magret: Let go of my papa’s unicycle, you fffffiend. I’ll die fffffirst. agh…my brain…stings… I…

Zéphyrin: The mousse then. Quick! ….umph…the coils… get… the bowl of mouss… arghh…brain…lungs…lymphatic system….crushhhhh…

Inspecteur Magret: wiffout…mousse we….die…agh…

Zéphyrin: ahhhgh…please…dead anyw…

(I’ll continue next week. Oh, sorry):

TO BE CONTINUED

(I just heard the key turning in the lock of the hovel. Oh, he-he, Perdoa mi, Signor, habla usted itiano, per la forza del destino?)


Written by zlatovyek

mai 31, 2009 at 3:33

Samedi en photos

with 6 comments

DSCN7904

La pensée du jour: « La clarté, c’est une juste répartition d’ombres et de lumière. » Johann Wolfgang von Goethe

Thought for the Day: « Clarity is the correct distribution of shadows and of light. » Johann Wolfgang von Goethe

DSCN8601

DSCN8605

 

DSCN8633

DSCN8649

 

DSCN8655

DSCN8657

DSCN8659

DSCN8672

Written by zlatovyek

mai 29, 2009 at 8:23

Publié dans Samedi en photos

Chères vieilles choses/Dear old things

with 5 comments

calendrier139

La pensée du jour: « Le temps, c’est un peu comme le vent. Le vent, on ne le voit pas : on voit les branches qu’il remue, la poussière qu’il soulève. Mais le vent lui-même, personne ne l’a vue. » Jean-Claude Carrière, écrivain et scénariste français.

Thought for the Day: « Time is a bit like the wind. We don’t see the wind: we see the branches it moves, the dust it lifts up. But the wind itself, no one has ever seen it. » Jean- Claude Carrière, French author and screenwriter.

L’un de mes lecteurs (et commentateurs) Graulhétois les plus fidèles exprimait son plaisir de revoir une image de la revue Rustica sur ce blog. J’ai pensé lui offrir ce petit clin d’oeil sous forme d’album-souvenir.  Images en vrac du Graulhet d’antan, de cartes postales anciennes, de livres, de revues, d’affiches…

Pour nos lecteurs étrangers (ou trop jeunes pour le savoir), signalons que l’Os à Moelle était un journal  satirique parisien. Du 13 mai 1938 jusqu’en juin 1940, Pierre Dac et ses complices y publiaient des entrevues-bidon, des commentaires loufoques ainsi que des recettes et des petites annonces absurdes pour rire un peu d’une actualité qui n’avait rien de réjouissant.  Mais trève de présentations, voici les photos-souvenir du jour:

One of my most faithful Graulhétois readers (and commentators) mentioned his pleasure at seeing a photo of the magazine Rustica on this blog yesterday. I thought he might appreciate this photo-album as a friendly wink –  it’s a mix of unsorted photos of old Graulhet, of postcards, of books, magazines, placards.

For foreign readers (or those too young to know), L’Os à Moelle (The Marrow Bone) was a satirical newspaper. Published in Paris between May 13 1938 and June 1940,  Pierre Dac and his accomplices used it to poke fun at the not-so-funny news, through  phony interviews, zany comments, along with absurd recipes and classified ads. But enough talk, here are the photos:

222136

DSCN8186caisseEpargneDSCN3569DSCN7283DSCN8595DSCN9975_2_2

Written by zlatovyek

mai 29, 2009 at 12:19

Publié dans album-souvenir, clin d'oeil

Roule, ma poule/Keep on rollin’, chickie

with 4 comments

DSCN7396_2

La pensée du jour: « Le tempo, c’est la valise. Si la valise est trop petite, tout est complètement froissé. S’il est trop rapide, tout devient si emmêlé qu’on ne s’y retrouve plus. » Daniel Barenboim, pianiste et chef d’orchestre de nationalités argentine et israélienne.

Thought for the Day: « The tempo is the suitcase. If the suitcase is too small, everything is completely wrinkled. If the tempo is too fast, everything becomes so scrambled you can’t understand it. » Daniel Barenboim, pianist and conductor of Argentinian and Israeli nationalities.

*** 

DSCN6287_2

Envie de sortir un peu? Oh, pas loin. Disons, jusqu’à Gaillac, un maximum? Allez, une petite sortie pour se dégourdir un peu:

Roule ma poule: Jusqu’au 30 mai, les poules ont envahi la médiathèque de Briatexte ! Autour du thème de la poule, voici un choix varié de documents (albums, documentaires, poésies, comptines), destiné aux enfants de la maternelle à la fin du primaire (ou encore à l’enfant qui sommeille en vous et ne demanderait pas mieux que de s’amuser un peu.)

 Le Rock en France: du 9 mai au 10 juin, la médiathèque de Parisot vous invite à découvrir ou à redécouvrir 50 ans d’histoire du rock français. Les Chaussettes Noires ,  Richard Anthony  orDick Rivers et les Chats Sauvages , vous ne connaissiez pas? Vous vous rendez compte de ce que vous avez manqué? 

DSCN7474

Les Insectes du professeur Poupon: jusqu’au 13 juin à Gaillac et à Brens. Le Professeur Poupon est un collectionneur et un aventurier. Après ses nombreux voyages dans des contrées lointaines en Ecosse équatoriale et en Zizanie centrale … Il ramène dans ses malles de véritables spécimens d’insectes. A l’heure où la planète croule sous les déchets, il propose une approche sensible à la question de notre environnement. Effet papillon garanti ! Suivez le guide !

 DSCN8310

Et si vous n’êtes pas dans les environs? Ou encore si vous n’avez pas envie de sortir? Vous pouvez faire une petite virtuelle à mon coup de coeur du jour: Mesdames et Messieurs,  j’ai nommé l’ineffable, l’incomparable  crèche à moteur. Du spectacle de rue en salle … ou directement sur votre ordinateur.

***

DSCN7458_2

***

KEEP ON ROLLIN’, CHICKIE

Feel like going out a bit? Oh, not far. Let’s say, to Gaillac at the most? All right, let’s go stretch our legs:  

Roule ma poule: (none other than the rockin’ n rollin’ one of the title) Until May 30th, the chickens have invaded the médiathèque in Briatexte! Around this theme, a variety of documents (albums, documentaires, poems, rhymes), for kindergarden and grade-school children (or again, for the young one snoozing within you and itching to get out and play.)  

 Le Rock en France: between May 9th and June 10th, the  médiathèque in Parisot invites you to a discovery, or re-discovery, of French rock n’ roll. Don’t know Les Chaussettes Noires ,  Richard Anthony  or Dick Rivers et les Chats Sauvages ? Do you realize what you’ve been missing?  

DSCN7477

Les Insectes du professeur Poupon: (Professor Poupon’s insects) Until June 13th in Gaillac and in Brens. Professeur Poupon is a collector and an adventurer. After numerous trips in far-away lands such as Equatorial Scotland and Central Zeitgeist … he comes back with trunks full of real insect specimens. In these days when the planet is collapsing under the weight of garbage, he offers a sensible approach to environmental issues. Butterfly effect guaranteed. Follow the guide!  

DSCN8184

You’re not in the immediate vicinity? Or you don’t feel like going out. Then how about a virtual visit at my favorite thing of the day? Ladies and Gentlemen, I offer you the ineffable, incomparable  crèche à moteur. The street comes to your theater … or straight to your computer, in this case.  

DSCN0732

Written by zlatovyek

mai 28, 2009 at 11:38

L’Artisan-Pastellier

with 6 comments

DSCN5732

La pensée du jour: « Un caméléon n’a la couleur  du caméléon que lorsqu’il est posé sur un autre caméléon. » François Cavanna, dessinateur humoristique et écrivain français.

Thought for the Day: « A cameleon is only cameleon-colored when it is placed on another cameleon. » François Cavanna, French cartoonist and writer.

***

DSCN8109

Certains lecteurs reconnaîtront notre invité du jour. En effet, il y a quelques mois, l’artisan pastellier Didier Boinnard nous avait accueilli à sa fabrique Graulhétoise lors du tournage d’une émission de télévision, et des images de cette visite avaient été publiées sur le blog graulhet, bonjour.

DSCN8115

Suite à l’annonce du projet de Fédération artistique sur la région, il nous a semblé opportun de rappeler l’existence de ces produits exceptionnels, fabriqués ici même, au 7 rue Arago.

DSCN8113

Fondé en 1999, L’Artisan Pastellier occupe une ‘niche’ artisanale bien spécifique: la fabrication de couleurs pour artistes et décorateurs, et la production de peintures écologiques. Par son biais, les artistes peuvent travailler leurs couleurs à partir de produits naturelles, minérales et végétales. Évidemment, le pays de Cocagne étant la patrie du bleu de pastel, c’est celui-ci qui occupe la place d’honneur dans sa production.

DSCN8112

Mais on y trouve aussi des encres de toutes couleurs, des pastels (tendres ou à l’huile), des cires à cacheter, des aquarelles extra-fines, et divers pigments naturels.

DSCN5730

On peut aussi y acheter des peintures  saines et écologiques, particulièrement bien adaptées à l’environnement pour une chambre d’enfant, par exemple.

DSCN5727

L’un de ces produits vous intéresse? Vous pouvez visiter le site web de l’Artisan pastellier et le commander directement de chez vous. Ou alors, visiter le ‘showroom’  de l’Artisan Pastellier au 7, rue Arago à Graulhet (tél: 05 63 42 12 23) ou à sa boutique du Vieil Alby, au 5 rue  Puech Bérenguier (tél:05 63 38 59 18.)

 

***

DSCN5729

***

L’ARTISAN PASTELLIER

Some of our readers will recognize today’s guest. A few months ago, we had met  l’Artisan Pastellier Didier Boinnard at his small production plant in Graulhet during the filming of a TV program on his product. Photos from that visit were uploaded on the blog graulhet, bonjour.

Following yesterday’s announcement of a new artistic federation in the region, it seems like a good idea to put out a reminder concerning these fine products, produced right here in Graulhet at 7, rue Arago.

DSCN5817

 Created in 1999, L’Artisan Pastellier occupies a specific production niche:  the manufacture from natural vegetable and mineral sources of quality coloring materials for artists and decorators. He also produces a line of environment-friendly house paints.

Woad was the signature product of this region (known in France as ‘le pays de cocagne’ in reference to the round pellets of woad that were the source of large merchant fortunes at one time). L’Artisan Pastellier has chosen this blue vegetable dye as his main product. 

DSCN5737

 He also produces pastels (dry and oil-based), sealing waxes, quality water colors, writing inks and various natural pigments.

DSCN5834_2_2

His water-based house paints are particularly well suited for decorating a child’s room.

DSCN5727

Interested in one of these products? You can order directly from   L’Artisan Pastellier’s website.

DSCN5750

Or you may visit his shop at 7, rue Arago in Graulhet (05 63 42 12 23), or the store in Old Albi, at 5 rue Pech Bérenguier (tel: 05 63 38 59 18.)

DSCN5735

Written by zlatovyek

mai 27, 2009 at 2:59

Le chapitre suivant/The next chapter

with 6 comments

La pensée du jour:  « L’action est une suite d’actes désespérés qui permet de gagner l’espoir. » Georges Braque, peintre et sculpteur français

Thought for the Day: « Action is a succession of desperate acts allowing the attainment of hope. » George Braque, French painter and sculptor

***

DSCN8262

Nous avons laissé le peintre Graulhétois Robert Bourges à la porte de son atelier, vendredi dernier, où il s’efforçait de faire contre mauvaise fortune, bon coeur.  Nous le retrouvons aujourd’hui avec le communiqué de presse suivant publié dans la presse régionale, et qui dévoile son projet le plus récent:

« Réunis en assemblée constitutive le 13 mai, une quinzaine d’artistes de la région ont fondé un nouveau regroupement artistique.  Connu sous le sigle de FAR (Fédération Artistique de la Région Graulhétoise), la nouvelle association a  déjà suscité l’adhésion spontanée de nombreuses personnalités du milieu des arts plastiques.

DSCN4065

(Place du Val d’Amour, Graulhet)

 “Comme son nom l’indique, notre projet se veut fédérateur, afin que chaque artiste participant puisse profiter d’une structure et de services communs, tout en poursuivant sa propre demarche créatrice, dans la liberté la plus complète,” d’expliquer le  Président du FAR, le portraitiste Graulhétois bien connu, Monsieur Robert BOURGES. Il sera solidement secondé par un conseil d’administration composé des artistes suivants:

 Madame Geneviève RIBES, peintre et vice-présidente de L’Éveil Artistique de Graulhet, assume l’une des vice-présidences.

 Madame Béatrice AURIOL peintre et directrice d’une école de peinture à Graulhet, assume l’autre poste de vice-présidente.

 Monsieur Jacques MARIETTE, photographe et peintre (et Secrétaire de l’Éveil Artistique de Graulhet), se chargera du secrétariat du FAR, avec son adjoint, le peintre plasticien Paco SALAMANDER.

 La trésorerie sera sous la responsabilité de Monsieur Olivier PESQUIÉ, peintre et dessinateur.

 Le projet du FAR peut d’ores et déjà comper sur l’appui de la municipalité de Graulhet. Il serait question d’installer les artistes dans un vaste atelier, ouvert au public. L’endroit servirait de salle de cours  et d’exposition, ainsi que de lieu de rencontres et d’échanges. Monsieur BOURGES évoque même un projet novateur de “Master Class” sous la direction d’artistes invités de renom.

DSCN7886

(Ancien Marché couvert de Graulhet)

 “Tant par la qualité de sa lumière que par ses paysages et ses habitants, la région Graulhétoise possède tous les atouts pour devenir un véritable centre de création artistique,” précise Monsieur BOURGES. “Nous sommes profondément convaincus que l’avenir de Graulhet sera culturel et artistique, et nous avons l’intention de travailler à cette promotion. Nous ne ferons aucune distinction d’écoles, de tendances, d’âge ou de statut. Qu’ils soient professionnels ou amateurs, tous les amoureux des arts de la region Graulhétoise seront les bienvenus au FAR.” – 30 –

Source: Robert BOURGES, Président du FAR -téléphone: 06 86 46 09 23.

DSCN8580

(Café du Commerce,  au rez-de-chaussé du Cinéma, Place du Mail)

  Ici Graulhet a appris que trois sites seraient présentement à l’étude pour loger les artistes du FAR. Une annonce devrait suivre prochainement.Nos lecteurs seront parmi les premiers informés.

 ***

DSCN7677

(Madame Geneviève RIBES, Monsieur Robert BOURGES)

***

The Next Chapter

Readers of Ici Graulhet  encountered Graulhétois artist Robert Bourges last Friday, when he was doing his best to look on the bright side of things. As a follow-up, here is the press release published in the regional papers recently, announcing his latest project:

DSCN8260

« In a meeting held on May 13th, some fifteen artists of the Graulhet region founded a new association. Known as the FAR  –   Fédération Artistique de la Région Graulhétoise – the new association has already been favorably received by several personalities in the visual arts.   

DSCN8577

(Café du Commerce, on the ground floor of the Cinéma, Place du Mail)

As its name indicates (in French, the letters can be read as ‘phare’, meaning ‘lighthouse’j), the purpose of the association is to federate existing movements and individual visual artists, so that each participant may benefit from a common pool of resources and services, while maintaining his or her complete creative autonomy.

At this meeting, Monsieur Bourges was elected President. He will be assisted by the following regional personalities:   

 Madame Geneviève RIBES, painter and Vice-President of  L’Éveil Artistique de Graulhet, will act as Vice-President.

 Madame Béatrice AURIOL painter and Director of a visual arts school in Graulhet, takes on the second vice-presidency.  

 Monsieur Jacques MARIETTE, photographer and painter  (Secretary of  l’Éveil Artistique de Graulhet),  will be the FAR’s Secretary, assisted by plastician  Paco SALAMANDER.

 Monsieur Olivier PESQUIÉ, painter and designer, will act as Treasurer.

 This new project already has the full support of the town authorities.  There is talk of installing the artists in a large studio, open to the public. This space would also serve for art classes and exhibitions, as well as being a meeting place for art-related conferences.   Monsieur BOURGES also mentioned an innovative project for Graulhet – Master Classes conducted by  renowned guest artists.  

DSCN7890

(The old covered market in Graulhet)

 “The region of Graulhet has all it takes to become a true hub of artistic activity – the light, the landscapes and the people are exceptional here, » said  Monsieur BOURGES. “We are convinced that Graulhet’s future resides in the cultural and artistic realm, and we intend to promote that vision through our Federation.  We will draw no distinctions between schools, artistic trends, age or artistic status. Be they professionals or amateurs, all art lovers in the region are welcome at the FAR. »   -30-

Contact: Robert BOURGES, Président du FAR -téléphone: 06 86 46 09 23.

DSCN4996

(Place du Val d’Amour, Graulhet)

 Ici Graulhet has learned there are three locations presently under consideration by the municipal authorities as a home for the artists of the FAR. An announcement should follow shortly – our readers will be among the first to know.

Written by zlatovyek

mai 26, 2009 at 2:53

Per d’aigua ai pas set!

with 8 comments

 

DSCN8157_2_2

La pensée du jour: »Comment, recevant l’eau d’une quantité énorme de fleuves, la Méditerranée ne déborde pas? – La Providence a prévu cette catastrophe et a mis des éponges dans la mer. » Alphonse Allais, humoriste français.

Thought for the Day: « How is it that, receiving enormous amounts of water from the rivers, the Mediterranean doesn’t overflow? – Providence has anticipated this catastrophy, and placed sponges in the sea. » Alphonse Allais, French humorist

***

Lors du Grand marché de printemps, lorsque j’ai aperçu cette pochette à L’Auberge des Légendes, mon ami Patrice Depommier m’a dit que ces mots ‘ça n’est pas d’eau dont j’ai soif’ était une sorte de devise non-officielle de la ville de Graulhet. Qui plus est, m’a-t-il affirmé, il s’agirait des paroles d’une chanson locale. Malheureusement, nous n’avons déniché personne qui s’en souvienne. S’il se trouvait un lecteur d’Ici Graulhet pour s’en souvenir, prière de vous faire connaître afin que ce morceau d’histoire Graulhétoise ne soit pas perdu à tout jamais !

Entretemps, par ces chaleurs, l’eau est tout de même une denrée appréciable, et agréable à chanter dans toutes les langues, comme nous le rappelle la chanson brézilienne Agua de beber.

Bon lundi à tous !

***

During the Spring Market, when I saw the small clutch bag shown above at L’Auberge des Légendes, my friend Patrice Depommier told me that those words (’tis not after water I thirst’) were a kind of unofficial motto for the town of Graulhet. Moreover, still according to him, they are taken from a local song. Unfortunately, there was no one around who knew it. Should one of the readers of Ici Graulhet know this song, please identify yourself so we may record this piece of local lore before it is lost forever!

In the meantime, with the summer heat starting up, water is a much appreciated resource and one it is pleasant to sing about in every language, as in this Brasilian song Agua de beber.

A pleasant Monday to all!

DSCF4115

DSCF4118

DSCF4137

DSCF4145

DSCF4169

Written by zlatovyek

mai 25, 2009 at 11:58

Le Secret du Perroquet (3)/The Secret of the Parrot (3)

with 4 comments

DSCN0004_2  

Troisième épisode:  ROCCOCO TAPE DUR

 (Note de la rédaction: Les fidèles lecteurs qui nous auront accompagnés depuis  le début de cette aventure sur le défuntet regretté  graulhet, bonjour, se souviendront que l’Inspecteur Magret, détective canin exceptionnel et l’oiseau du paradis, Zéphyrin Poilfin, ont quitté Graulhet en unicycle et par voie d’eau. Munis d’une jatte de mousse au chocolat, ils ont traversé l’Atlantique et rejoint l’Orénoque avec ces deux seuls biens en leur possession, et quelques interventions divines. Nous les retrouvons aujourd’hui dans l’humble cahute au bord de l’eau, où Zéphyrin redonne des forces à son ami, pendant que l’auteur, Mamzelle Cybèle Christie converse par voie télépathétique avec sa scribounette Graulhétoise.) :

 Inspecteur Magret: Encore… miam … Encore … miam.

Zéphyrin Poilfin: C’est qu’il faudrait songer à en garder un peu en cas d’urgence, Inspecteur… Bon,  une dernière cueillérée, alors. Ouvrez grand. Ahhhh…

Inspecteur Magret: Ahhhhhh… Miam. Encore.

Zéphyrin Poilfin: Non, ça suffit. Je remballe la jatte de mousse au chocolat, et je vous déballe de vos bandelettes.

Inspecteur Magret: AHHHHHHH !!!

Zéphyrin Poilfin: Oui, mille-z-excuses,ça fait un peu bande dépilatoire, hein?

Inspecteur Magret: gnn-gnn-gnn… ça va, oui, ça..ça peut aller. Où suis-je et par où vais-je dorénavant?

Zéphyrin Poilfin: Vous êtes dans une misérable cahute sur les rives de l’Orénoque qui toque et qui toque  de façon répétitive contre la paroi. M’est avis que…

Inspecteur Magret: …que le bois doit être pourri à cet endroit. Or donc et par conséquent, nous pourrons retirer des planches  vermoulues,  nous glisser dans les eaux saumâtres, gluantes et infestées de serpents venimeux, et…

Zéphyrin Poilfin: Vous avez une façon si poétique de dire les choses, Inspecteur. Je passe d’abord, je présume?

Inspecteur Magret: N’en faites rien. Après vous, je vous en prie.

Zéphyrin Poilfin: Non, vous d’abord, j’insiste.

Inspecteur Magret: Vous.

Zéphyrin Poilfin: Non, moi.

Inspecteur Magret: C’est ce que je dis,  imbécile avéré! Allez!

 (Pendant ce temps, de l’autre côté de la pièce:)

Mamzelle Christie: Je vous entends mal, ma poulette. Parlez directement dans votre intention, voyons ! Ils font quoi maintenant, nos deux lascars roccocambolesques?

 La scribounette: Roccoco téléphone et son jeune frère … ah!

Mamzelle Christie: Quoi? qu’y a-t-il?

La scribounette: Rien, mais ce frère, qu’est-ce qu’il est laid. Oh!

Mamzelle Christie: Il faudrait en revenir, quand même!

La scribounette: Non, il se penche et… horreur ! Je… je tente de soulever mes pieds pour qu’ils ne les voient pas, mais… c’est imposs…

Mamzelle Christie: Bonne mère ! Et moi qui ne voit rien. La communication télépathétique est d’un pourri dans ce pays que c’en est criminel! Attendez, belle enfant.  Zéphyrin! 

Inspecteur Magret: Après vous, vous dis-je.

Zéphyrin Poilfin: Non, j’insiste… oui, Mamzelle Christie?

Mamzelle Christie: Il vous reste de cette mousse au chocolat?

Zéphyrin: Mais bien sûr, mamzelle. Tant qu’il en faudra,  et toujours fraîche avec ça. 

Mamzelle Christie: Donnez-m’en une louchée, et ça presse !

Zéphyrin: Allez, Inspecteur. Partez devant, je nourris l’auteur et je vous rejoins de suite. Voilà, Mamzelle. Ouvrez grand….ahhhhh.

Mamzelle Christie: Ahhh…merchi… Miam. Mmmm… encore un chouia. Okay. Ah, ma vue s’éclaircit. Les couleurs sont un peu bizarres mais… Ah oui, je vois, je vois. Ouh là, vilaine tête, le jeune frère de Roccoco. Le matériel génétique ne s’améliore guère dans cette famille.  Et… oh oui,vos petits petons dépassent tout à fait, ma pauvre enfant.

DSCN8205_2

Ecoutez, mon petit. Pour l’instant,  inutile d’insister au Café du Commerce. Passez par les arrière-cours, place du Mail, et rejoignez la rue Barricouteau. Puis empruntez le chemin du ruisseau, descendez l’échelle, remontez les marches et filez vous mettre à l’abri chez mon ancien employeur. Courez vite!

La scribounette: J’écoute et j’obéis, Mamzelle. Je cours, je cours, je… cours. Je… traverse et… ouf, l’échelle, c’est… pas une évidence, mais…DSCN8301_2

Mamzelle Christie: Plus vite, voyons, espèce de potée fleurie ! Il gagne du terrain ! Vite remontez vers la place du Mercadial et…non, pas par l’escalier, il va vous couper le passage! Empruntez le mur!

La scribounette (d’une voix défaillante): Le… mur?

Mamzelle Christie: Bof, pour une petite jeunesse comme vous, qu’est-ce que c’est qu’un peu de varappe? Et puis, j’ai promis de l’action aux lecteurs, alors, exécution et que ça saute!

La scribounette:  …le métier de…scribounette comporte parfois… de réels (halètement, halètement) …  dangers.  Encore un effort…Je… j’aperçois l’atelier! Je cours, je cours, je… oh!

Mamzelle Christie: Quoi encore?

DSCN8255_2_2

La scribounette: C’est Roccoco ! Il tente de me couper avec une voiture ! Je… j’esquive, je cours, je cours, je cours, je… oui! j’y suis! Je vois le portail invisible qui traverse l’atelier. Encore un effort et…. ah! Non! Non!  Roccoco, pitié! Pas ça, non!

Mamzelle Christie: Scribounette ! Qu’y a-t-il? Scriboune… Horreur! Il va vous polymériser! Vite, sauvez-vous. Je vous envoie… Inspecteur! Inspecteur! Mais où il est celui-là? Zéphyrin? Inspecteur? Scribounette, je… ah, mère bénie des sphères sacrées! Trop tard.

(Le soir tombe  comme un coup de karaté asséné à la nuque de  l’Orénoque. Dans une misérable cahute, un auteur désemparé se dicte son propre texte, tandis que son assistante  polymérisée qui ne dit mot consent à rien. Dans un silence soyeux et sinistre, les deux personnages principaux de l’histoire, entraînés par un anaconda de quinze mètres bien comptés, s’enfoncent inexorablement sous  les eaux troubles, glauques et tourmentées.)

DSCN8207_2

(La scribounette: polymérisée à jamais?)

(À suivre…)

 ***

 

                                                                                        DSCN1376_2_2

(L’élixir de l’Inspecteur Magret)

***

Third Installment:    ROCCOCO HITS HARD                                                                                                                                                                                 (Note from the copy desk: Those faithful readers who have followed us since the beginning of this saga on the now-demised but not forgotten   graulhet, bonjour will recall that Inspecteur Magret, canine detective extraordinaire, and the bird of paradise Zéphyrin Poilfin,  fortified with a large bowl of chocolate mousse, followed the waterways out of Graulhet aboard a unicycle. With these two modest possessions, they crossed the Atlantic and reached the Orenocco after a few divine interventions.  We join them again today in the humble hovel by the river where, with the help of chocolate mousse, Zéphyrin is rebuilding the strength of his friend while the author, Mz Cybèle Christie, converses through telepathetic channels with her Graulhétoise scrivenette):    

Inspecteur Magret: More… yum … More … yummy.

Zéphyrin Poilfin: We have to keep some in case of an emergency, Inspecteur… All right,  one last bite. Open wide. Ahhhh…

Inspecteur Magret: Ahhhhhh… Yum. More.

Zéphyrin Poilfin: No, that’s enough. I’m packing up the bowl of chocolate mousse, and unrolling your bandages.  

Inspecteur Magret: AHHHHHHH !!!

Zéphyrin Poilfin: Zounds, I’m zeriously zorry, it’s a bit like stripping hair, isn’t it?  

Inspecteur Magret: gnn-gnn-gnn… I’m fine, yes, just…ffffine. Where am I and wither do I goeth forth next?   

Zéphyrin Poilfin: You are in a sordid hovel on the banks of the Orenocco which you hear lapping repeatedly against the back wall. From which I aver … 

Inspecteur Magret: … that the wood has rotted away on that surface. As an inescapable consequence of which we may remove the rotten planks, slither down into the murky and slimy, venomous snake-infested waters and …  

Zéphyrin Poilfin: You have such a poetic way of expressing yourself,  Inspecteur. I go first, I presume?

Inspecteur Magret: Nothing doing.  After you, I insist.  

Zéphyrin Poilfin: No, you first, I insist.  

Inspecteur Magret: You.

Zéphyrin Poilfin: No, me.

Inspecteur Magret: That’s what I said, you upright idiot! Move it!

(Meanwhile, on the other side of the room:)

Mamzelle Christie:  I don’t hear you clearly, my little chickadee. Speak directly into your intention, please! So what are the two roccocoesquian curs doing now? 

The scrivenette: Roccoco is phoning and his younger brother … ah! 

Mamzelle Christie: What is it? 

The scrivenette: Nothing, it’s just his brother is so ugly. Oh! 

Mamzelle Christie: Get over it already.  

The scrivenette: That’s not it. He’s leaning down and … horrors! I’m trying to lift my feet as  high as I can so he won’t see them but it’s…   imposs…

Mamzelle Christie: Blessed mother! I can’t see a thing. The télépathetic communication is so rotten in this country, it’s criminal. Wait up, my pretty child.  Zéphyrin! 

Inspecteur Magret: After you, I said. 

Zéphyrin Poilfin: No, I will have none of it… Yes, what is it,  Mamzelle Christie?

Mamzelle Christie: Any of that chocolate mousse left? 

Zéphyrin: But of course, mamzelle. For as long as we need it, and always fresh, too. 

Mamzelle Christie: So give me a big spoonful, quick! 

Zéphyrin: Go ahead, Inspecteur.  Move on while I feed the author, I’ll be with you right away. Here you go,  Mamzelle. Open wide…  ahhhhh.

Mamzelle Christie:  Ahhh…Shaink you… Miam. Mmmm… just another shmidgen. Okay. Ah, my eyesight is clearing. The colors are a bit off but… Yes, I see, I see. Ugh, what an ugly mug the younger Roccoco has. The genetic material isn’t improving in that family. And … oh yes, your little footsies are totally sticking out, my poor child.  So listen up. No point in sticking around the Café du Commerce for now. Go through the backyards, place du Mail, and pass onto  rue Barricouteau. Then, cross over to the river road, climb down the ladder and run to safety at my former employer’s. Run quickly!

DSCN8322

(Roccoco – according to the scrivenette, his younger brother is even uglier.)

The scrivenette: I hear and I obey,  Mamzelle. I run, I run, I… run. I… cross and… boy, the ladder is… not an obvious thing, but…

Mamzelle Christie: Go faster, you potted plant, you! He’s gaining on you! Quick, run back up to place du Mercadial and…no, don’t take the stairs, he’ll cut you off! Climb up the wall! 

The scrivenette (in a squeak and a croak): The wall?

DSCN8303_2

Mamzelle Christie: What’s a bit of rock climbing for a young thing like you? Plus I promised my readers some action, so:Execution, now! 

The scrivenette: … the  scrivenette  business sometimes entails… true … (pant, pant)…  risks. OK.  I… I see the studio! I run, I run, I run, I… oh!

Mamzelle Christie: What now?

The scrivenette: It’s Roccoco ! He’s trying to cut me off with a car ! I.. avoid it, I run, I run, I run, I… yes!  Almost there! I can see the invisible portal that runs through the studio. One more step and… oh! No! No! Have mercy, Roccoco! Please, not that! DSCN8272_2_2

(The invisible portal)

Mamzelle Christie: Scrivenette ! What’s going on? Scrivenn… Oh no! He’s going to polymerize you! Quick, run! I’m sending you the…  Inspecteur! Inspecteur!  Where did he go?   Zéphyrin? Inspecteur? Scrivenette, I… ah,  blessed mother of the sacred spheres! It’s too late.

(Night falls like a karate chop on the nape of the Orenocco. Meanwhile, in a humble hovel, a dismayed author dictates her own words to herself, while her assistant  is  struck dumb but still agrees to nothing. In a silken and sinister silence, the author’s two main characters, gripped by an anaconda of at least fifteen meters, slide inexorably under the murky, troubled and tormented waters.)

 

                                                                                                                                                                                                                                            DSCN8207_2

(The scrivenette: Polymerized  – forever?)

(To be continued…)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Written by zlatovyek

mai 24, 2009 at 2:58

Et pour clore cette série…/And closing the series…

with 2 comments

kreativ_blogger_award_copy

…mon septième coup de coeur, je le dédie à  ma chienne Cybèle, le seul être au monde à me lécher les pieds. Ce qu’elle fait avec énormément d’application chaque matin  lorsque j’ouvre les volets dans la cuisine. Longue  et bonne vie à toi, Cybèle.

(Cybèle nous reviendra cet après-midi, avec l’épisode le plus récent des aventures de son Inspecteur Magret.)

kreativ_blogger_award_copy

… of my favorite things, I dedicate the seventh one to my dog Cybèle, the only being in the world who licks my feet. Which she does with great application every morning when I open the shutters in the kitchen. A long and a good life to you, Cybèle.

(Cybèle will be back this afternoon with the latest installment in the adventures of her Inspecteur Magret.)

kreativ_blogger_award_copy

Written by zlatovyek

mai 24, 2009 at 7:38

Contrastes/Contrasts

with 8 comments

DSCN7574

La pensée du jour: « La théâtralité, c’est le contraste. Si on ne joue qu’une seule note, il n’y a plus de théâtralité. » Jorge Lavelli, metteur en scène argentin.

Thought for the Day: « Contrast is theatrical. If we only play one note, there is no theater. » Jorge Lavelli, Argentinian stage director.

***

Pour ce sixième de mes sept coups de coeur, j’hésitais entre la musique, la cuisine, le théâtre, les promenades… Et puis, comme d’habitude, la vie s’est chargée de me fournir mon sujet: les contrastes. Dans mon cas, vaut mieux les aimer puisque ma vie est une histoire de contrastes, d’imprévus, de changements, de modifications de parcours… Et pourtant: à force d’en vivre, j’en suis venue à considérer les tours et les détours  comme  une constante de mon ‘histoire’, sinon dans leurs détails, du moins dans leur prévisibilité. Une sorte de signature, en sorte. Il paraîtrait qu’il y a des gens qui trouvent la vie ennuyeuse. Je devrai les croire sur paroles car, personnellement, c’est une constatation que je n’ai jamais été à même de faire…

Quelques images de la semaine en photos … et bon samedi à tous. Et surtout, ne vous en faites pas trop pour des queues de cerises: à condition de faire la part belle à l’imprévisible, tout va toujours pour le mieux dans le meilleur des mondes. Alors: amusez vous bien !

For this sixth of my seven favorite things, I was hesitating between music, cooking, theater, walks… Then, as is its custom, life took care of providing me the topic: contrasts. In my case, I may as well love them since my life is made up of unpredictable changes, twists and turns. To such an extent that I consider them as a given, not in their specific details, but in their predictability. Think of them as a kind of signature. I’m told some people find life boring. I’ll have to take their word for it, because it’s an observation I’ve never had the opportunity to verify for myself…  

Here are a few photos of the week – with best wishes to all for a fine Saturday. So long as you allow the lion’s share to the unexpected, it’s all for the best in the best of all possible worlds.  So might as well enjoy it, yes?  

 

**DSCN7492

DSCN7751

DSCN7505

DSCN8056

DSCN7647

DSCN7622

DSCN7766

DSCN7800

DSCN7805

DSCN7813

DSCN7758_2

DSCN7850

DSCN8187

DSCN8077_2

DSCN8265

DSCN4907

***

SCRATCH

Le phénomène hip-hop aux États-Unis dans les années 70, documentaire réalisé par Doug Praya – 21 h au cinéma Les Temps Modernes – suivi du verre de l’amitié dans le hall – 5 € – rens. 05 63 40 31 65.

The hip-hop phenomenon in the States in the seventies, a documentary by Doug Praya – 9 pm at cinéma Les Temps Modernes – followed by drinks and mingling in the hall – 5 € – information: 05 63 40 31 65.                                                                                                                                                   ***                                                                                                                                                                                                                                                                      ORCHESTRE DE Mlle DURIN                                                                                                                                                                                                               Quintet Jazz, une batterie et 4 saxophones – 21 h à L’Ibère Familier – 5 € – rens. 05 63 40 31 65.

***

kreativ_blogger_award_copy

Written by zlatovyek

mai 23, 2009 at 10:42